VENEZ VOIR

CE QUE VOUS POUVEZ DECOUVRIR UN JOUR LA-BAS…

Des images de qualité inégale: par la fantaisie de Michel et les caractéristiques du matériel disponible, mais vous reconnaitrez aussi assez facilement quelques clichés d’Anaïs Pechabazian dont le regard, presque malien, est soutenu par une approche plus rigoureuse. Nous espérons qu’un prochain voyage au Mali offre bientôt à Kela d’autres images et les vôtres…


Des poules, des moutons, si familiers et si proches…
puisqu’ils ouvrent la porte des dieux, lorsqu’il faut.

Chaque soir, de solides gaillards bousculent les Dames
avec beaucoup de savoir-faire…

Epoques d’architectures: l’élégance des ouvertures qui
allègent la structure de l’ancienne mosquée et celle des
nouvelles cases « post-coloniales» .


Au centre des fêtes, de la société, de la vie, la force colorée
des boubous installe chaque femme de Kela et les rires clairs
des enfants.

Les vaches et, au fond, la Bibliothèque du Mandé, en fin
d’hivernage: on a coupé beaucoup de maïs…

Au Printemps, on prépare les bottes de grosse paille qui
couvriront un toit avant les orages d’hivernage.


La « gare»  de Kela ((détruite par la pluie en 2008), au bord de notre route rouge :
Bamako à 1OO kilomètres, la frontière de Guinée tout près.

L’utile velo, outil d’amitié pour chaque enfant.

Sekou Haidara, Chef du village de Kela, le jour même de
son installation en Mars 2003. Il nous a malheureusement
quittés, ce Dimanche 3 Avril 2OO5.

Le Chef des Griots de Kela, l’Hadj Damba Madi Diabate,
attentif à la fresque peinte dans le blon-vestibule de la Bibliothèque par le jeune Moussa Dante .


Ces maisons de paille et de terre…comme la Mosquée
de Djenné.

Binta Kouyate, fille de Siramori Diabate et du balaphoniste
Nankouman Oule Kouyate.

Lansine Diabate, Grand Griot de Kela disparu au Printemps 2008, le porte-parole de
la geste de Sunjata. Ici très attentif chez nous
aux explications de la petite Fatim.

 

Un ami de Jean Rouch, de Théodore Monod aussi,

Francis Verstraete, créateur et directeur du Centre Djoliba
à Bamako, en visite (2003) à la jeune Bibliothèque du Mandé:
il quittait le Mali début de 2005, plus de 50 ans sans relâche
au service des hommes en Afrique.

Koyouman Konate, Chef des Chasseurs de Kela, un vrai ami
disparu en Mai 2003, à 110 ans dit-on.



« Mali, la légende des siècles» . Christian Tortel cherche ses images
pour AITV-RFO, en 2003, malgré la fumée des cigarettes de son
hôte à la Bibliothèque du Mandé. Le résultat sera à la hauteur
de son courage souriant… A regarder sur notre site FLASH.

Nicole Seurat, Directrice du Centre Culturel Français de
Bamako,a affronté (avant les pluies) notre insupportable
piste, pour dire son amitié à Kela et visiter la Bibliothèque.
Elle détaille ici les noms honorablespeints aux murs du blon.

A 12 ans, Moussa Dante a courageusement décoré »  a fresca» 
les murs du blon de la Bibliothèque: Printemps 2004.

Décembre 2OOO: la première case, celle de Michel , au temps où on
trace déjà les fondations des 2 nouvelles cases qui vont accueillir les
livres. La Bibliothèque du Mandé entre dans la réalité du village.

Le chef des griots « jelikuntigi»  El Hadj Damba Madi Diabate
et son ami le « commandant»  Haidara: pour vivre la communauté
du village, les notables de Kela sont au centre de tout.

En 2003 on engage la construction du blon (case-vestibule) et
d’autres aménagements, peu à peu.

.


A Nîmes, l’imprimeur ami Jean Villevieille

nous prépare un
bien utile cadeau, porteur du signe offert simplement par
Claude Viallat.


Frédéric l’entrepreneur , dont les incursions
improvistes à notre Bibliothèque du Mandé …
Mais rien ne l’arrête jamais.

Pour le magazine EPOK, Isabelle Rannou est venue :
la réalité de Kela et quelques livres un peu rares…





Quelques perspectives de la Bibliothèque du Mandé
en Octobre 2004: comme chaque cour de famille du village.



Des visites:de Lubeck en 2OO2, de Bamako (André Traoré,
ancien Ministre de la Culture) en 2OO3

Prison? Des livres, des livres,des livres,
une « pagaille»  ambitieuse.

Avec Konj Keita, Directeur pendant 18 ans de notre
Ecole Fondamentale
, l’ami
des premiers moments de l’eté 2OOO Orlando
Alonso-Benito
( universitaire espagnol aujourd’hui en
poste à Abidjan) et Pierre, un curieux breton du
Canada: les moments simples, Kela peu à peu…



Le chantier de briques de terre en Juillet 2OOO: bientôt
le pari fou d’une Bibliothèque et 9 ans de travail et de
plaisir.

Le Niger (on dit ici Joliba), tout près de Kela, offre chaque
jour un étonnant parcours de mystères et de vie: on y va
à pieds ou en charette…ou en rêves.




Les pêches des grands marigots amènent, au printemps,
tous ceux (et celles) qui n’ont peur ni des herbes cachées
au fond de l’eau ni des serpents: ceux-là vont bien pêcher
et, un jour ou l’autre, de gros poissons. Juin 2000.


Le salut du berger peul, au delà du Fleuve.





On dit « donso»  pour désigner un chasseur-féticheur,

membre du cercle (donsoton) très restreint de ceux qui savent la
brousse,ses habitants, ses plantes et ses pierres: à Kela,
7 donsos seulement pour environ 2OOO habitants.

Au-delà du fleuve, visible et secret en même temps, le « magasin» 
de WARAKUN
: on y entreposait, aux temps incertains du Mandé,
les « marchandises»  (?) les plus précieuses.
Ce véritable fortin, encore très impressionnant aujourd’hui, fut
détruit avec le village-gardien de l’époque. La jeunesse de Mamby
Keita, roi de Kangaba au XIX° Siècle, un oiseau mystérieux et deux
soeurs Camara de Séléfougou
: l’histoire des Traore, dit-on… et peut-être aussi, maintenant, l’affaire de Tristan à son prochain voyage?

Les tissus colorés qui dansent si souvent vous donneront ,
peut-être, avec ces images et ce que vous racontent les petits
journaux de la Bibliothèque du Mandé, l’envie de venir toucher
la réalité de Kela ou de participer à l’aventure des amis de la Bibliothèque du Mandé.

Mais ne croyez jamais que les images et les mots peuvent remplacer le réel.

Quel que soit le moment que vous choisirez pour avancer un peu
vers cette Afrique, soyez-y les bienvenus.