Articles avec le tag ‘mercure’

ALERTE MERCURE AU MANDE: MOBILISATION EFFICACE.

Mardi 13 mars 2012

Une sérieuse mobilisation a immédiatement suivi l’alerte « Comme le serpent…»  que nous lancions fin Novembre pour un contrôle strict de l’extraction de l’or dans la fleuve Niger au Mandé: il fallait stopper tout de suite l’utilisation massive du mercure.
Nous avons relaté les interventions au fur et à mesure, qui témoignaient d’une réelle volonté d’agir, tant au niveau de la population et des autorités traditionnelles qu’à celui des autorités de l’Etat Malien représenté par le Préfet Diabate dans le Cercle de Kangaba.

Une récente visite sur place nous a permis de confirmer la rapide modification des systèmes de production: les dragues utilisant le mercure font maintenant appel à des groupes de femmes (notamment dans la population somono du fleuve) pour laver le sable et trier l’or en paillettes « à la battée»  sans mercure.
Donc du travail pour la population, sans danger de pollution massive.

Le Préfet Diabaté est très actif sur ce problème: il va réunir à Kangaba, avec l’aide des maires et des chefs de village de la zone tous les propriétaires exploitants de dragues, pour une information sur les dangers du mercure, la réglementation de l’exploitation de l’or par dragage du fleuve et les contrôles et sanctions qui seront mis en place par les autorités.
Nul doute que les différents ministères concernés soient associés à cette action.

Merci à chacun d’avoir agi fort au Mandé et de persévérer attentivement pour le futur des enfants.
On peut espérer maintenant.

KelaMichel

Vocabulaire: Hop ! Un « flacon»  de mercure…

Lundi 13 février 2012

Allez! A la bonne vôtre…
Qu’importe le flacon, pourvu qu’on aie l’ivresse: un coup de « flacon»  et hop!
Stop ne plaisantons pas, car « on ne blague pas»  avec le mercure.

Nous avons déjà disserté ici sur les torsions vocabulaires du Français d’Afrique qui, en enrichissant peu à peu cette langue, doivent inciter à une alerte constante le visiteur francophone au Mali.
Cette fantasia vocabulaire n’est pourtant pas le seul fait des joyeuses initiatives du continent: ainsi à propos du mercure dont les dangers pour les populations du Mandé ont provoqué notre alerte récente « Comme le serpent…» .

L’Espagne est leader mondial de l’industrie et du commerce de mercure.

En documentant cet aspect, nous apprenons que les fûts de plus de 35 kgs qui conditionnent ce terrifiant métal et permettent sa diffusion jusqu’au Mandé sont spécifiquement baptisés « flacons»  par les francophones.

Suivant le Petit Larousse, un flacon est pourtant une petite bouteille qui contient une petite quantité d’un produit (poudre ou liquide, ou comprimés pharmaceutiques, ou alcool bien sûr) et on peut s’étonner qu’un container de 35 kgs de produit dangereux soit ainsi benoîtement baptisé « flacon» .
Ainsi un document de transit, de commerce ou d’importation décrivant une charge de 100 flacons de mercure évoquera-t-il un simple carton à main pour le public alors qu’il annonce 3,5 tonnes d’un produit dangereux réglementé.

Cette forme d’invention vocabulaire est-elle vraiment innocente? En tous cas, la « blague»  ne peut vraiment faire rire que ceux qui vivent très loin du Haut-Niger, très loin du Mandé et des dragues criminelles que nous dénonçons.

Ou bien, quelques « flacons»  de plus ou de moins ?…Quelques vies de plus ou de moins.
Sans grande importance n’est-ce-pas?

KelaMichel

Mandenkaw ka sebe mara yoro: la bibliothèque tam-tam…

Lundi 30 janvier 2012

On peut s’étonner que le livre semble souvent très loin des articles que nous publions ici: chacun des sujets simplement évoqués est pourtant un bébé de la Bibliothèque du Mandé à Kela.

Car une bibliothèque, partout, est une porte ouverte sur la vie, toujours bien au-delà des images traditionnelles de Culture et de Connaissance.
Le vrai nom de la Bibliothèque du Mandé est malinké, et on dit MANDENKAW KA SEBE MARA YORO.
Cette simple affirmation, et la décision originelle de faire de cette bibliothèque un medium pour dire et écouter le Mandé, posent clairement la démarche engagée depuis l’an 2000.

Les livres sont à Kela, venus de partout et qui traitent des sujets les plus divers dans toutes les langues.
Kela est au centre du Mandé depuis plus de 1000 ans sans doute et les griots ont porté leur connaissance du Mandé et de son Histoire très loin. Leur place est donc au centre du jeu, pour les récits du passé comme pour ce qui fabrique chaque jour l’Histoire de demain.
La bibliothèque est là pour appuyer cette fonction sociale essentielle, sans aucune fausse pudeur mais toujours dans le respect des hommes et des enfants qui sont nés là.

Ainsi, peu à peu, malinké de loin, on approche KELAMALI.COM depuis les USA, le CANADA, l’EUROPE ou la CHINE, pour connaitre plus vite les nouvelles du village, obtenir un contact perdu avec la famille au Mandé, agir si possible: un KEITA du Canada appuya ainsi fortement, à sa manière très efficace, l’action que nous avons engagée fin Novembre pour chasser le MERCURE mortel de notre Fleuve…

Loin de nous l’idée de prendre une place ou de déranger l’ordre qui fait la force du Mandé.

Notre TAM-TAM (disons TABALE) est simplement au service de tous.

KelaMichel

AU SECOURS DU JOLIBA: MERCI.

Lundi 23 janvier 2012

Tout bouge très vite désormais, autour de notre alerte sur la pollution au mercure du Joliba.

1. On a vu 3 dragues démontées quitter le fleuve et le Mandé.
2. Mr KEITA de Kangaba, qui va y créer un Lycée, vit au Canada depuis 3O ans: informé, il a fait le voyage au Mandé et s’est fait accompagner de techniciens des Ministères à son passage à Bamako (photos, analyses de l’eau, visite au fleuve…): il a parlé à sa famille, aux mansarens et aux notables avec beaucoup de force, contre la mécanique de mort du mercure des dragues et convaincu les « grandes personnes»  d’agir très vite.
3. Le Gouvernement du Mali a missionné une équipe du Ministère des Finances pour contrôle général très pointilleux des exploitants de dragues sur le fleuve dans le Cercle de Kangaba. D’autres Ministères doivent probablement intervenir bientôt.

Nul doute que le Commandant DIABATE, Préfet du Cercle de Kangaba, soit un peu à l’initiative de certaines de ces actions qui peuvent éloigner définitivement la menace.
Merci donc, Monsieur le Préfet, et merci à chacun de ceux qui ont fait à leur mesure…

Nous devons préciser que toutes les dragues en activité n’utilisent pas le mercure: beaucoup d’exploitants malinkés utilisent leur drague à la manière de celle qui exploitait naguère devant Selin: le sable extrait par les godets est lavé « à la battée»  par des équipes de femmes ou de peuls (4 ou 5 personnes par drague) comme on exploitait l’or du Bouren depuis bien avant Sunjata… et sans aucun autre danger pour le pays que celui de la violence cupide.

On nous informe par ailleurs que le « serpent de dragues»  que nous avons dénoncé ne connait pas de frontière: en Guinée, en amont de Julafundo, de nombreuses dragues sont en place aussi: les contrôles nationaux et internationaux installés dans le cadre juridique du PARC NATIONAL DE GUINEE vont certainement veiller à bon ordre chez nos cousins malinkés du Joliba guinéen.
Car le Niger est un seul Fleuve, de la Guinée à son delta tristement célèbre du Nigeria.

KelaMichel