Articles avec le tag ‘Mali’

Tristan bienvenu.

Lundi 13 février 2017

Du Bénin, un long message de Tristan qui annonce son prochain retour au Mali et raconte un peu de ce qu’il a engagé efficacement au Bénin. Autour de la musique et auprès des forgerons royaux d’Abomey: des pistes pour la Fondation Zinsou et sa permanence culturelle…
De très loin, hélas, je lui souhaite bienvenue au Mandé.
KelaMichel

Modibo Diabate

Mercredi 19 octobre 2016

On m’apprend le décès du Grand Griot Modibo Diabate, décédé de la fièvre typhoïde à Bamako fin Septembre.
Allié de la famille Kamissoko par son mariage avec la fille de Mansa Kamissoko et beau-frère de mon ami Mamadouba, Modibo a tenu une place centrale dans la vie de Kela,bien au-delà du cercle des griots: une activité incessante au service de la communauté du village, des initiatives raisonnées pour maintenir la place de Kela dans la tradition du Mandé et dans la modernité des structures de l’Etat malien l’avaient installé ambassadeur respecté dans tout le pays.
Très tôt, sa pratique impeccable de la langue française et son sens de la diplomatie l’avaient placé au côté des notables plus âgés dans tous les contacts avec les visiteurs étrangers et avec les administrations maliennes.
Avec ses frères,il avait installé récemment le « Campement Fama»  sous les manguiers centenaires de sa famille, pour accueillir en sourires, paroles d’Histoire et musique, au nom de Kela: l’endroit est ainsi naturellement devenu le cadre de filmage des prestations du célèbre chanteur kelien Kasse Madi Diabate, de groupes traditionnels malinke et de MoribaDiabate, le fils de l’actuel chef des griots Dietene Madi Diabate. On peut d’ailleurs apercevoir Modibo sur les enregistrements présenté par Youtube.
Ambassadeur, diplomate et musicien, Modibo maintenait ainsi la véritable lignée des griots malinkes installée honorablement au XIII° siècle par l’empereur Sundjata Keita.

Modibo n’est plus là, mais sa trace marquera sans doute longtemps la communauté de Kela.

Michel

ALERTE MERCURE AU MANDE: MOBILISATION EFFICACE.

Mardi 13 mars 2012

Une sérieuse mobilisation a immédiatement suivi l’alerte « Comme le serpent…»  que nous lancions fin Novembre pour un contrôle strict de l’extraction de l’or dans la fleuve Niger au Mandé: il fallait stopper tout de suite l’utilisation massive du mercure.
Nous avons relaté les interventions au fur et à mesure, qui témoignaient d’une réelle volonté d’agir, tant au niveau de la population et des autorités traditionnelles qu’à celui des autorités de l’Etat Malien représenté par le Préfet Diabate dans le Cercle de Kangaba.

Une récente visite sur place nous a permis de confirmer la rapide modification des systèmes de production: les dragues utilisant le mercure font maintenant appel à des groupes de femmes (notamment dans la population somono du fleuve) pour laver le sable et trier l’or en paillettes « à la battée»  sans mercure.
Donc du travail pour la population, sans danger de pollution massive.

Le Préfet Diabaté est très actif sur ce problème: il va réunir à Kangaba, avec l’aide des maires et des chefs de village de la zone tous les propriétaires exploitants de dragues, pour une information sur les dangers du mercure, la réglementation de l’exploitation de l’or par dragage du fleuve et les contrôles et sanctions qui seront mis en place par les autorités.
Nul doute que les différents ministères concernés soient associés à cette action.

Merci à chacun d’avoir agi fort au Mandé et de persévérer attentivement pour le futur des enfants.
On peut espérer maintenant.

KelaMichel

SOUNDIATA FILS DU MANDE: Un livre à lire absolument.

Mercredi 15 février 2012

Un intellectuel béninois, bien connu sur les ondes d’Afrique, nous avait alerté: utilisant les notes d’étude non publiées du savant AMADOU DIADIE, une approche originale de l’histoire du Mandé était publiée.

L’auteur BOUBOU DOUCOURE a donc présenté son livre la semaine dernière à l’Institut Français de Bamako.
Le titre SOUNDIATA FILS DU MANDE est publié très proprement par les Editions Baudelaire (Lyon,France) et on peut le trouver partout pour 13,50 euros…

Il faut l’acheter très vite, le lire calmement et le relire plus tard: c’est un ouvrage à conserver longtemps et à faire partager à chacun de nos amis curieux du Mali.

Plus que la simple chronologie de la geste de Sunjata (d’ailleurs rigoureuse sous la plume de Mr Doucouré), ce livre offre au lecteur une ambiance de Mandé, en forme de récit un peu romancé à la manière des griots.
Le style clair porte un vocabulaire contrôlé et donne toute sa force à chaque exposé passionnant d’un épisode: ainsi Boubou Doucouré expose-t-il les devoirs sociaux, les hésitations affectives et le choix courageux et noble de FAKOLY DOUMBIA obligé à « trahir»  (pour l’honneur) son oncle Sumaworo Kante pour rejoindre Sunjata qu’il aidera à triompher en lui apportant ses secrets avant la bataille décisive de Kirina en 1235.

On se faufile ainsi de palabre en palabre et de femme en femme depuis avant la naissance de l’empereur du Mandé jusqu’à la réunion de Kurukanfuga.
C’est ainsi que, depuis Yambo Ouologhem et Filidabo Sissoko, la littérature malienne trace un chemin original.

Michel Kuentz