UN COUTEAU DE POUVOIR ?

Seydou Bah, qui a su conserver l'objet pour nous le proposer en 2002: il suit avec nous les développements de la recherche.

Seydou Bah, qui a su conserver l'objet pour nous le proposer en 2002: il suit avec nous les développements de la recherche.

ARCHIVES ARCHIVES ARCHIVES ARCHIVES ARCHIVES ARCHIVES ARCHIVES

Cette page ouverte pour communiquer l'état des recherches menées en Afrique, en France, en Angleterre et ailleurs, sur une très ancienne lame de sabre ("couteau") africain qui retînt notre attention à Bamako en 2002.

Michel Kuentz

DERNIERE MINUTE

Si le couteau "parlait" (comme l'annonçait Yussuf Tata Cisse à notre première rencontre parisienne), peut-être dirait-il qu'il raconte, depuis la soie jusqu'à la pointe, toute l'Histoire du Monde malinké...

C'est , hors de l'étude matérielle, l'hypothèse lancée aujourd'hui par Michel Kuentz.

La récente communication de l'article publié par le regretté Yves Pierson en 1962 (voir note de lecture, analyse et proposition sur cet article en suite de la rubrique) peut amener à cette conclusion...

Michel Kuentz

17 juin 2011

* nous avons appris, début 2011, la disparition de Jean Boulègue: son attention compétente nous a permis d'avancer et toute l'équipe regrette sa disponibilité courtoise.


DES IMAGES DU CHEMIN  VERS SAMORY TOURE...

une lame brute, très travaillée

une lame brute, très travaillée

epeemali3

A gauche, une image de Ciel et de Terre...244 signes et, ici, l'oeuf originel ?

une image: les signes de pouvoir...
une image: les signes de pouvoir…

L’ICONOGRAPHIE DU POISSON-SCIE*, signe de pouvoir en Afrique occidentale, établit un lien entre tel homme de pouvoir et « la Grande Eau»  (Océan, Grand Lac, Grand Fleuve), ici peuit-être le NIGER pour Samory, le delta intérieur du Fleuve (où se réfugiera son fils après la défaite), étant assimilé souvent à une mer intérieure, le fleuve lui-même créant un lien avec l’Ocean…

MK 12.07.2011
*Cette interprétation de la première figure est infirmée par notre lecteur-informateur du 9 Août à Bamako et par un interprète songhai originaire de Gao le 22 Août suivant: elle semble donc devoir être abandonnée.
 

MAI 2011: quelques pas de plus avec Afrique Patrimoine

Tristan Routier a créé Afrique Patrimoine aux premiers jours de 2010, avant un nouveau voyage de plusieurs semaines pour installer les projets de son association et construire au Mali le réseau de contacts nécessaire.

Afrique Patrimoine s’associe évidemment aux recherches sur le « couteau» , avec compétence et ténacité: les hypothèses émises prudemment entre 2002 et 2008 pourraient confirmer, après étude des nombreux et éminents spécialistes qui ont rejoint l’équipe d’origine depuis plus de deux ans, le caractère exceptionnel de l’objet.

Une piste très sérieuse est ouverte, avec l’extrème attention des autorités culturelles de Conakry: Samory Touré, et son couteau « Diugufaga»  souvent évoqué depuis le XIX° siècle et que personne n’a jamais tenu en main depuis la veille de sa capture par l’armée française…

Le Professeur Jean Boulègue, qui avait éclairé nos recherches en affirmant que tous les signes de la lame sont strictement soudanais et probablement issus de la sémantique du « komo» , est malheureusement décédé cet hiver. Il ne connaitra pas la fin de l’aventure que Tristan et Afrique Patrimoine vont certainement mener à son terme avec nous.

KelaMichel

LE « COUTEAU DE SAMORY » DANS LES PAS DES TOURE.< ***Notes de lecture sur : Yves Pierson, Les ancêtres de Samory, in Cahiers détudes africaines 1963 (vol.14 n°13, pp 125-156), communiqué par Tristan Routier « Afrique Patrimoine » Main 2011.

 

RAPPEL : La lame nue qui fait l’objet d’une étude approfondie depuis 2004 a été inventée au marché de N’golonina à Bamako en 2002, chez Seidou Bah –antiquaire peul- par Michel Kuentz. 

Les seuls indices d’origine nommés sont, successivement:
Un indicateur fortuit (Keita) rencontré à Bamako, affirme l’objet « dangereux »  pour avoir aperçu par accident un objet identique, vers 198O chez son grand’père à SEGOU : cet informateur ne s’est pas présenté au 2eme rendez-vous convenu.< Seydou Bah indique avoir acquis l’objet vers 199O, dans les environs de DJENNE, d’un certain antiquaire Diawara fixé et longtemps actif sur cette zone.

L’érudit malien Yussuf Tata Cissé, lors d’un entretien privé de présentation de l’objet chez lui à Paris en 2003, indique avoir des éléments de tradition historique sur ce type de lame, sans avoir jamais vu d’équivalent à notre « couteau » de ses yeux : il confirme pourtant sans hésitation (avec approbation d’un ami historien sénégalais présent à l’entretien) un sabre « mystique » de tradition WAGADU, et donne à Michel Kuentz indication d’informations possibles et de « lecture » des signes, »faire parler », possible dans la région de NIORO du Sahel (voyage non effectué à ce jour). 

La relation de divers « couteaux » en relation avec le mythe du BIDA, à l’origine d’une dispersion des malinkés, se retrouve dans différents mythes d’Afrique Occidentale (comparaison non faite avec les implantations historiques des TOURE). 

***L’article référencé de Yves Pierson apporte des éléments concordants : il serait utile notamment de superposer les localisations BIDA aux implantations TOURE..

YVES PIERSON in Cahiers d’Etudes Africaines 1963

p.128   quant à sarakolé c’est un nom ethnique qui doit être réservé aux populations parlant effectivement la langue soninké dans le pays de NIORO (Mali) et dans le Haut-Sénégal..

p.130   …les Touré forment l’un des clans authentiquement soninké (sic) descendant de l’ancêtre mythique DINGA …ce MANDYA est considéré comme l’ancêtre de tous les Touré… DINDIN ALI…SILMANGA marchant à l’Est formerait la souche des Touré du MANDE, y compris notre SAMORY.

p.132   …leurs centres principaux seraient (…) et DJENNE…essaimé tout le long du fleuve (Niger), de tombouctou au Mandé…Lac Debo…le village de DYINGO (adm.GUINDIO) à 8 kms N-O de Gourao compte parmi ses ménakés des TOURE dont sortirent les ancêtres de SAMORY…

p.133     La tradition fixe aux environs de 1300 la conversion (à l’Islam) du chef de Djenné, mais le processus…plus anciens…cette révolution parait achevée dans le XIII° siècle.

p.134      Il parait acquis que les TOURE ont été l’un des éléments soninkés les plus précocement et les plus fortement islamisés…bien avant DJENNE, l’un des centres (leur village d‘origine op.cit.) de rayonnement islamique les plus actifs du pays noir.

p.138       C’est ainsi qu’à DJENNE, deux familles TOURE qui fournissent les chefs de quartier…descendraient d’ARMA, venus en garnison à l’époque du pnchalyk (Marty 1920, t.IV, pp 65 seq)…

p.140        …les dyoula (Samory, La Révolution Dioula, cf. Pierson)…ont accompagné les SOOGYI, guerriers mandés animistes.

p.142       Il reste acquis qu’une lignée TOURE,…a vécu longtemps sur la rive Est du Lac Debo…vers la fin du XVI° siècle…vint fonder SIDIKILA en pays mandé.

p.143       La tradition de KELA attribue à Sidiki des activités plus lointaines.C’est ainsi qu’avec l’accord des Keita il aurait ouvert l’orpaillage de KOUFOULATE sur la rive Nord (du fleuve Niger) à une quarantaine de kms à l’ouest de KAABA.

p.143       …de SAMORY prétendent descendre de SIDIKI par des généalogies qui semblent précises et dignes de confiance…un homme riche et puissant comme SIDIKI dirigeait une énorme famille.

p.145      Ces TOURE…disent venir tous de BINKO. Ce petit village de 1734 habitants s’élève à l’Ouest de KANKAN…en arrivant à l’emplacement actuel de Binko, il (Faramani, ancêtre proche de Samory) rencontra le grand marabout KYIENI TOURE qui venait directement de DJENNE. Ils firent alliance…

p.147     (les toure) étaient les silimanas (musulmans) des KAMARA qui leur devaient protection.

ETAT AU 24 AOUT 2011

LE POUVOIR DES TOURE_Page_2LE POUVOIR DES TOURE_Page_3

DU NOUVEAU LE 29 AOÛT
(Source: L’EMPIRE DU GHANA…, Germaine Dieterlen & alia, Pais, Karthala 1992)

Le premier TURE du WAGADU est MUDU TURE: converti à l’Islam pour se protéger des forces occultes, il combat et vainc le dernier CISSE de la lignée royale du Wagadu. Le serpent BIDA meurt à ce moment et commence la dispersion du Wagadu (Sénégal, Niger, Mandé). Mudu Ture s’assied sur le « trône» , on ignore si ses descendants prennent la suite…Le « couteau»  aurait-il été confectionné autour de l’an 1O00 pour MUDU TURE, donc juste avant la dispersion du Wagadu? On pourrait alors connaitre facilement le nom de la famille du forgeron qui travailla pour ce roi, car les forgerons qui pratiquaient l’acièrage(hindi) du fer noir étaient très peu nombreux.
Une piste majeure est ouverte, dans la main de Dieu.
Nous avons parcouru déjà un long chemin.
Quelques pas encore, de NIORO à SEGOU et de KELA à KOUROUSSA, puis, peut-être, le temps de quelques certitudes…

ATTENTION: SAMORY TURE ET LE KIBA: en contradiction avec les indications (supra) de Yves Pierson, il ne semble pas que le « culte»  du Kiba soit ou ait été pratiqué au Mandé mais plutôt au Sud-Ouest du Mali. Samory Ture et son père n’auraient donc pu y être initié dans leur village de Guinée. On doit plutôt penser au KOMO ou KOMA, confrérie majeure très présente à l’époque dans la zone.

20 SEPTEMBRE 2011.: On peut émettre l’hypothèse que le « couteau»  soit, à l’origine, muni d’une poignée: pour éviter le contact de la main avec ce Fer puissant, une poignée en OR ou en ARGENT, fixée par emboitage à chaud sur la soie non percée. L’un des possesseurs ignorants aurait vendu le métal précieux et jeté la partie aciérée: de tels comportements sont connus.
Ainsi disparaissent des traces importantes d’Histoire, partout dans le lMonde…
>KelaMichel