KELAMALI » Actualités

Archive pour la catégorie ‘Actualités’

Toute la musique du Mandé… Kasse Madi.

Lundi 25 juin 2018

Identifier l’Afrique aux seuls rythmes de sa musique est certainement réducteur d’une culture qui a couvert tous les champs du dernier millénaire: les griots du Mandé sont le porte-voix des épopées de l’Afrique de l’Ouest, la bibliothèque discrète de ses secrets essentiels.

Ainsi Kasse Madi Diabate de Kela a-t-il témoigné par son chant des péripéties du présent et de celles d’un passé majuscule.
Un ami nous apprends qu’il vient de disparaitre.

Kasse de Kela, de la famille illustre de Kela Bala, fut un très grand griot pour toute l’Afrique et un concertiste célébré dans le Monde entier. Une voix exceptionnelle l’avait très tôt classé « Rossignol du Mandé» , au pair de sa cousine Sira Mori, mais l’essentiel était, bien au delà de performances vocales incontestées, la place de médiateur qui perpétua plus d’un demi-siècle l’authenticité de son nom: les Diabate de Kela ont illustré chacune des fonctions de griot et Kasse fut ambassadeur écouté auprès des Keita-Konate, mémorialiste du Mandé et chanteur lumineux des parcours du Monde malinké jusqu’aujourd’hui.
Il est présomptueux, pour un simple ami de France, d’espérer célébrer à sa mesure un tel griot qui chanta les géants.
Je veux simplement dire qu’il va désormais trop nous manquer.

Que la terre lui soit légère!
Michel Kuentz

Que la terre lui soit légère…

Lundi 11 décembre 2017

Bien avant notre première rencontre au Printemps 2OOO, il invoquait déjà la dernière recommandation de son maître Kela Bala, celui auprès duquel il était venu de Guinée trouver la sagesse des Diabate de Kela.

« Attends moi ici, auprès de mon fils Madou. Ne bouge pas, je t’appellerai» 

Ousmane Sano, notre ami « Gorgi»  à la Bibliothèque du Mandé, a respecté le contrat: il a rejoint Kela Bala cette semaine là-haut.
Une fois encore c’est Mamadou Ba Kamissoko qui nous informe, le jour même du décès de notre ami commun.
Gorgi s’en va, discret et souriant , au moment où la Bibliothèque doit s’effacer -me dit-on- dans le vide du souvenir: du moins aurons nous essayé ensemble plus de 15 ans…

De Nîmes, souhaitons que la terre soit désormais légère à notre ami Gorgi.

Les soirées de Kela ne connaitront plus jamais les affrontements patients de ses longues parties de Jeu de Dames ni les cheminements furtifs de celui qui fut si longtemps attendu partout avec bonheur.
Merci.

Les compromis de Ramadan

Jeudi 22 juin 2017

Souhaitons d’abord une joyeuse fin de Ramadan à chacun des habitants de « notre»  village de Kela, aux amis Keita de Kangaba et aux quelques uns qui, depuis Bamako, ont accompagné l’aventure de la Bibliothèque dans ses heureuses ou moins favorables péripéties depuis l’an 2000.
Pour le Mali, si fort quand il le veut, cette fête est assombrie, une fois encore, par les graves « anecdotes»  de l’agression jihadiste dans les contrées du Nord et maintenant par celles qui frappent régulièrement Bamako même.
Notre illusion occidentale d’un ramadan de pardon et de paix serait donc un leurre par le compromis de naïvetés inexcusables: non, nous ne voulons pas vivre ce système de trahisons imbéciles qui condamnerait l’amitié sincère que nous avons connue, nous ne savons pas non plus renier la force des moments sincères vécus ensemble.
Quel que soit le futur matériel de la Bibliothèque du Mandé, le souvenir lucide des moments construits au pied du baobab Sokouba Jian de Kela reste essentiel pour chacun de nous. Les accidents de vie de chacun
excusent d’avance la dislocation, un jour sans doute, des murs de brique crue et des toits de paille que la confiance aura un long temps protégés.
Ici, trop loin en France, je salue donc cette fin de Ramadan comme un espoir pour chacun de nous Blancs ou Noirs, dans le souvenir d’abord de Koyouman Konate, mon « patron»  au donso ton de Kela, modèle pour tous ceux qui l’ont un peu connu.

KelaMichel

Tristan bienvenu.

Lundi 13 février 2017

Du Bénin, un long message de Tristan qui annonce son prochain retour au Mali et raconte un peu de ce qu’il a engagé efficacement au Bénin. Autour de la musique et auprès des forgerons royaux d’Abomey: des pistes pour la Fondation Zinsou et sa permanence culturelle…
De très loin, hélas, je lui souhaite bienvenue au Mandé.
KelaMichel